mardi 19 décembre 2017

ENSEIGNER EN PRISON...




Soeur Blondin - Archives de la communauté
En 1850, Esther Blondin fonde à Vaudreuil la communauté des sœurs de Sainte-Anne à la fois pour former les futures enseignantes des écoles de rang et pour  enseigner elles-mêmes afin de relever le niveau jugé désastreux du système scolaire.

Dès l’année suivante, la communauté entreprend de s’installer dans les villages avoisinants et en 1857 elle arrive déjà dans la paroisse de Saint-Cyprien-de-Napierville où les a invitées le curé Charles-François Calixte Morisson.

Elles s’y installent dans l’ancienne chapelle et connaissent rapidement le succès, même si à cette époque elles ne peuvent accueillir de pensionnaires.

Malgré ce handicap, elles vont former des centaines d’élèves – et même susciter de nouvelles vocations – au cours des années.

Au mois de décembre 1886, toutefois, la catastrophe frappe et la chapelle est entièrement détruite par le feu qui a également ravagé l’église Saint-Cyprien et deux maisons voisines.

La désolation est évidemment très grande, mais pas question de quitter les lieux vu le succès immense de l’institution et les attentes innombrables qu’elle a fait naître.
 
Palais de justice et prison - Source BANQ.
Hélas !  Les immeubles disponibles ne sont pas légion au village, alors c’est sur la prison installée dans le palais de justice qu’il faut se rabattre en attendant la construction d’un édifice spécialement conçu pour répondre aux besoins modernes en matière d’enseignement et d’internat de jeunes filles.


Durant plus de deux ans donc, religieuses et élèves devront endurer un surcroît d’inconfort derrière les barreaux pour assurer la transmission du savoir.

Heureusement pour elles, le nouveau couvent devient disponible en 1889.  Il a été érigé en même que l’on reconstruisait l’église.


Inauguré le 1er septembre de cette année, il restera en service jusqu’en 1989, année où il a été vendu à un promoteur qui l’a transformé en résidence pour personnes âgées.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ajouter vos commentaires ici. Ils seront tous lus avant publication. Seuls les textes corrects et polis seront retenus.